Salut Bonkana, d’où viens-tu ? Qui es-tu ?

Ahah, c’est une grande question ça ! Je m’appelle Bonkana Maiga, je suis d’origine malienne. J’ai eu le bac en 2006-2007 et je me suis inscrit à la faculté de médecine ou j’ai eu un doctorat d’état en médecine  en 2014.

Suite à cela, je suis venu en France pour me spécialiser en nutrition. Je suis arrivé ici en 2015 et j’ai commencé un cycle de 3 ans. Je viens de finir un Diplôme d’études supérieures mais entre temps j’ai aussi fait un Master recherche en santé publique. 

 

Quand est-ce que t’es venu l’idée de faire médecine ?

Je pense que c’est venu très tôt. Comme je t’ai dit, j’ai grandi dans le Nord du Mali. J’ai souvent vu des choses pas plaisantes. Dans mon village, par exemple, il n’y avait pas de centre de santé. Il fallait appeler une ambulance, qui la plupart du temps n’était pas disponible. Le seul autre moyen de transport c’était les pirogues, ce qui pouvait rendre les voyages très dangereux et inconfortables pour les personnes souffrantes. C’est là que je me suis dit que c’était injuste. Je ne comprenais pas pourquoi on n’avait pas de centre de santé. J’ai donc pris la décision de faire médecine afin que nous puissions nous aussi en avoir un. 

 

Plus précisément, quel est ton projet et qu’est-ce qui t’apoussé à venir chez Résonances Nord-Sud ?

Mon projet est la création d’un centre médical à la périphérie de Bamako. Une structure avec l’offre de soins au complet, c’est-à-dire avec consultation médicale, examen laboratoire et dépôt médical. Une offre qui soit complémentaire à ce qui existe déjà. Mais à la différence d’un centre de soin classique, mon modèle économique doit pouvoir permettre que tous les patients puissent venir se faire soigner. La création d’une mutuelle et une diversification de mon offre devraient permettre de réinjecter une partie des profits dans le financement de soins pour les plus démunis. L’émergence d’une classe moyenne dans la région rend possible la réalisation d’un tel système.

J’ai pu voir que pour la structure que je souhaite créer, il n’y a pas que la technique mais aussi les aspects managériales, organisationnels, économiques, juridiques, comptables etc…  Moi, je maîtrisais seulement l’aspect technique, je ne connaissais pas tous ces différents domaines. Je suis donc venu à Résonances Nord-Sud afin de finaliser mon projet, rencontrer d’autre personnes qui porte comme moi un projet à valeur sociale, échanger avec des experts et avoir un accompagnement personnalisé. 

 

Ça fait trois mois maintenant que tu as intégré Résonances, où tu en es aujourd’hui dans ton projet ?

Par rapport à la formation, j’ai bien avancé sur les aspects qui me manquaient tel que le modèle économique, l’implantation de ma structure mais aussi sur la communication, le bilan prévisionnel et financier. Mon business plan se finalise. Mais il me reste à mieux compléter l’étude de marché. C’est pourquoi, je retourne très prochainement au Mali afin de repérer les structures d’accompagnements existantes là-bas, discuter avec la population locale et créer un cadre de concertation sur les différents services qui pourraient être développés afin de mieux répondre aux besoins de la population malienne.